• Mashaca

Slow Life ... Il est Urgent de prendre son temps

“Ce n’est pas parce que l’on vit à 100 à l’heure

que l’on vit à 100% "


La Slow life est véritablement un art de vivre.

La slow life est un art de vivre qui consiste à ralentir le rythme au quotidien

En effet, nous vivons dans un monde où tout doit aller très vite, où l’Homme est oppressé par ses obligations et ne prend plus de temps ni pour lui ni pour ses proches. D’autre part, intimement liée à la consommation à outrance, la société oblige presque tout un chacun à tomber dans l’excès. La slow life met tout simplement un frein à tout cela.

Pourquoi ai-je appliqué la Slow Life ?

Je suis maman de 2 enfants, danseuse dans divers style de danse, j’ai 5 voire 6 groupes de bonnes copines, Une vingtaine de bons copains d’enfance, 3 famille recomposées, une trentaine de cousins, un travail qui me passionne , 4 meilleure amies, 1 super mari , 5 Instagram, 4 facebook, 3 pinterest, 2 blog, des convictions, des valeurs, des principes, du ménage à faire, des courses, des repas, des invitations, des anniversaires à organiser, un corps à entretenir , 5 chiens, des envies de voyages permanentes etc etc etc …


Bref je suis une FEMME.

Une vie à 100 à l’heure où on consacre un peu à tout le monde mais jamais complètement car on n’a pas le temps.

Alors j’ai dit STOP ! et j’ai changé …


Comment ai-je appliqué la Slow Life ?


J’ai commencé par arrêter la danse car j’ai eu besoin de me voir si ça me manquait, si ça me convenait réellement (et oui je confirme)

Puis j’ai commencé à refuser les invitations, à bloquer 2 jours dans la semaine pour ne rien faire en soirée, à regrouper mes soirées copines et d’autres astuces que je vous partage là et qui m’ont libérée


Mais j'ai surtout arrêté de culpabiliser,

Il n'y a que 24h dans une journée, et on ne peux pas passer notre temps à subir nos journées et notre vie. Si nous même ne sommes pas bien, rien de bien ne pourra sortir de nos actions.

Je préfère me coucher en me disant que j'ai passé une belle journée, plutôt que de me dire, que j'ai pas pu tout faire, et que je suis épuisée.

Quelle image donne t'on à notre entourage, lorsque l'on est en permanence fatiguée? Quelles bénéfice pour notre vie d'être en Burn Out? A quel moment de notre vie a t'on prévu de se poser? Quand il sera trop tard?

Observez autour de vous, regardez et posez vous

Est ce vraiment ce que vous voulez?

Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain ! Vous ne pouvez pas, soudainement, révolutionner votre organisation et votre façon de vivre : ce serait beaucoup trop violent et générateur de stress ! Tout le contraire de ce que l’on veut mettre en place ! Alors soyez patient et allez vers le changement à votre rythme. Rome ne s’est pas construite en un jour : et bien votre slow life non plus

Chez moi

Je sollicite de plus en plus le bouton « avion » de mes appareils connectés et autres sollicitations technologiques.

Soyons honnêtes : Nous passons trop de temps sur nos smartphone.

Et bien au lieu d’utiliser mon temps en flânant sur les réseaux sociaux dorénavant je préfère lire un bon bouquin, aller voir mes supers copines que je n’avais pas vues depuis des lustres et qui sont pourtant si chères à mon cœur.

Je me fixe (et je fixe à tout le monde à la maison) des heures d’écran, mes enfants (ado) n’ont droit qu’a 2h de réseaux sociaux par jour !! Je suis une mère horrible allez vous me dire … mais non ! quand on oublie de re-bloquer après les vacances, ils nous demande eux même de bloquer, car ils se rendent compte qu’ils n’y arrivent pas. Le téléphone est un téléphone de 21h à 8h le matin. Et ils sont tellement habitué qu’ils ne rechignent pas, leurs copains savent aussi et font en sorte de communiquer avant. Évidemment nous faisons preuve de beaucoup de souplesse, lors des week end et vacances. Mais rappelons-nous, ce n’est pas parce que l’on recoit un message qu’on est obligé d’y répondre immédiatement.

Quand on rentre du travail on peut s'accorder 30 mn afin de se retrouver seul et de se divertir, mais après ? il y a tellement de choses plus fabuleuses a faire.


Tâches ménagères :

Planifier et dispatcher !! pendant 10 ans j’ai eu une femme de ménage, le jour où elle est partie je me suis senti diminuée et incapable, mais étant en plein dans ma « Speed Life » je n’avais même pas le temps d’en chercher une.

Et j’ai commencé à faire toute seule. Et on se sent bien seule ….

Car on passe notre temps à crier, à supplier et à espérer ...

Jusqu’au jour où j’ai trouvé un planning de tâche à faire, je l’ai affiché sur le frigidaire et je n’ai plus crié 

Chaque jour chacun est conscient de sa tâche à faire, les jours paires pour mon fils, impaire pour ma fille et les parents le reste.

Croyez-moi : je vous donne ces exemples en toute humilité car je suis encore loin de la complète slow life. Loin de moi l’idée d’imposer une façon de procéder. Je suis juste dans le partage de choses aidantes qui fonctionnent pour moi. Si vous avez d’autres idées d’organisation surtout écrivez-les dans le commentaires en dessous ça ne pourra qu’aider


Pour en revenir à la préparation des repas, la slow life met en avant les préparations mitonnées que l’on prépare ensemble. Quoi de plus délicieux que de partager ce moment ensemble en discutant de choses et d’autres?

Le dimanche on prépare ensemble les gouters de la semaine, et le reste on alterne, mais j’avoue que ça reste un plaisir pour moi de cuisiner, et quand je n’ai pas le temps je ne culpabilise pas, je commande.

Je reviendrai sur la préparation des repas dans un prochain post car ayant des grands sportifs a la maison, j’ai mis en place (encore) un planning !

A l’inverse de la fast food, la slow food consiste à manger sainement et à prendre le temps de cuisiner. “Cela ne veut pas dire cuisiner un plat gastronomique ! On prend juste le temps de bien choisir ses produits et de les cuisiner de façon simple. Le faire en famille au moins une fois par semaine, c’est encore mieux”, suggère Cindy Chapelle.

Au travail

Pareil je note tout pour ne rien oublier, et je fais mon taf, mécaniquement mais avec passion.

Chaque matin je vérifie les tâches à accomplir et chaque soir je décoche. Et si j’ai oublié ? Tant pis je le rajoute pour le lendemain.

J’ai pourtant utilisé toutes les techniques de gestion du temps, de la méthode Eisenhower à la qualification de l’urgence, mais la seule orga qui marche est celle qui me convient, celle qui me vient naturellement.

Et puis finalement, le plus pénible dans un travail n’est pas la tâche à accomplir mais comment on l’accompli, le rapport aux autres, la considération et l’ambition.

Pour ce côté-là je suis devenue une vrai « sauvage » je fais mon travail de la meilleure manière possible, je suis consciente de mes erreurs et estiment que les autres n’ont pas d’impact sur moi.

J’ai une carapace qui fait que quand on m’alpague, ce n’est pas contre moi, mais contre l’institution dans laquelle je travail, quand on m’agresse ce n’est pas pour ma personne, mais pour ce que je représente.

Résultat je me sens comme Robocop ! j’ai mon armure et rien ne m’atteints.

En vacances

La slow life en vacances consiste à choisir une destination sans planifier son itinéraire de vacances. C’est le moment de de suivre son rythme biologique. On est à l’écoute de son être et de ses besoins. On apprécie l’authentique et les rencontres fortuites plutôt que de tout planifier. Et si on n’a pas eu le temps de « tout voir » au moins on a pris le temps de « bien voir ».


La slow life me permet vraiment d’apprécier le temps et le moment présent. Cette façon de vivre est à la portée de toutes et tous. Il demande quelques efforts au début mais quelle satisfaction de bien-être ! Certes il y a des journées pendant lesquelles le flux sociétal vous emporte mais si vous gardez votre objectif en tête, vous savez qu’après cette journée trépidante vous prendrez du temps pour vivre pleinement : là est la vraie richesse de la slow life.